Sélectionner une page

[vc_row row_type=”row” use_row_as_full_screen_section=”yes” type=”full_width” text_align=”left” background_animation=”none” css_animation=””][vc_column]

[/vc_column][/vc_row][vc_row row_type=”parallax” text_align=”left” background_image=”32077″ full_screen_section_height=”no”][vc_column][vc_empty_space height=”60px”][custom_font font_family=”PT Sans” font_size=”24″ line_height=”26″ font_style=”normal” text_align=”left” font_weight=”300″ text_decoration=”none” text_shadow=”no”]

Au Boulot #ViolenceZero

[/custom_font][vc_empty_space height=”20px”][vc_column_text]

Le 8 juin 2018, les États, syndicats et entreprises se sont prononcés en faveur
de la toute première convention internationale contre le harcèlement au travail.

 

Un grand merci aux 35 825 signataires de notre pétition :
nous avons porté votre mobilisation auprès du gouvernement français
et votre engagement a été déterminant pour influencer les discussions.

 

Près d’une femme sur deux a été victime de harcèlement sexuel sur son lieu de travail.
Or à l’heure actuelle, aucune loi internationale n’existe pour les protéger.
Il était temps de combler ce vide juridique.

 

L’accord des gouvernements et du monde du travail sur
cette convention est une première victoire mais il reste beaucoup de travail
pour s’assurer que ce texte soit le plus ambitieux possible
et qu’il soit adopté l’année prochaine.

 

L’année à venir est déterminante. 
Continuons la mobilisation !

 

Vous avez le pouvoir de changer les choses. 

[/vc_column_text][vc_empty_space height=”60px”][vc_row_inner row_type=”row” type=”full_width” use_row_as_full_screen_section_slide=”no” text_align=”center” css_animation=””][vc_column_inner][qbutton size=”big_large” target=”_self” font_weight=”” text=”JE DONNE POUR LES FEMMES” link=”https://donner.carefrance.org/b?cid=153″ font_size=”18″ background_color=”#aa1b4f”][/vc_column_inner][/vc_row_inner][vc_empty_space height=”60px”][/vc_column][/vc_row][vc_row row_type=”parallax” anchor=”petition” text_align=”center” background_image=”32862″ full_screen_section_height=”no” el_id=”petition”][vc_column width=”1/3″ css=”.vc_custom_1522944234914{background-color: rgba(255,255,255,0.8) !important;*background-color: rgb(255,255,255) !important;}”][vc_row_inner row_type=”row” type=”full_width” use_row_as_full_screen_section_slide=”no” text_align=”left” css_animation=””][vc_column_inner][vc_empty_space height=”20px”][vc_column_text]

CONTRE LE HARCÈLEMENT

[/vc_column_text][vc_empty_space height=”30px”][/vc_column_inner][/vc_row_inner]

[vc_empty_space height=”50px”][vc_row_inner row_type=”row” type=”full_width” use_row_as_full_screen_section_slide=”no” text_align=”left” background_color=”rgba(220,109,7,0.7)” css_animation=””][vc_column_inner][vc_empty_space height=”20px”][vc_column_text]

Déjà 35 825 signataires. Et vous ?

[/vc_column_text][vc_empty_space height=”20px”][vc_raw_html]JTNDbWFycXVlZSUyMGlkJTNEJTIyaWQxJTIyJTNFJTNDc3BhbiUyMG9ubW91c2VvdmVyJTNEJTIyZ2V0RWxlbWVudEJ5SWQlMjglMjdpZDElMjclMjkuc3RvcCUyOCUyOSUzQiUyMiUyMG9ubW91c2VvdXQlM0QlMjJnZXRFbGVtZW50QnlJZCUyOCUyN2lkMSUyNyUyOS5zdGFydCUyOCUyOSUzQiUyMiUzRSUzQ3AlMjBzdHlsZSUzRCUyMmNvbG9yJTNBJTIzZmZmZmZmJTNCJTIyJTIwJTIyZm9udC1zaXplJTNBJTIwMTQwJTI1JTNCJTIyJTNFQW50b2luZSUyMEEuJTIwaWwlMjB5JTIwYSUyMDEwJTIwbWludXRlcyUyNm5ic3AlM0IlMjZuYnNwJTNCJTI2bmJzcCUzQiUyNm5ic3AlM0IlMjZuYnNwJTNCJTI2bmJzcCUzQiUyNm5ic3AlM0IlMjZuYnNwJTNCJTI2bmJzcCUzQiUyNm5ic3AlM0IlMjZuYnNwJTNCJTI2bmJzcCUzQkRlbmlzJTJDJTIwaWwlMjB5JTIwYSUyMDIxJTIwbWluJTI2bmJzcCUzQiUyNm5ic3AlM0IlMjZuYnNwJTNCJTI2bmJzcCUzQiUyNm5ic3AlM0IlMjZuYnNwJTNCJTI2bmJzcCUzQiUyNm5ic3AlM0IlMjZuYnNwJTNCJTI2bmJzcCUzQiUyNm5ic3AlM0IlMjZuYnNwJTNCU29waGllJTIwQyUyQyUyMGlsJTIweSUyMGElMjA1OCUyMG1pbiUyNm5ic3AlM0IlMjZuYnNwJTNCJTI2bmJzcCUzQiUyNm5ic3AlM0IlMjZuYnNwJTNCJTI2bmJzcCUzQiUyNm5ic3AlM0IlMjZuYnNwJTNCJTI2bmJzcCUzQiUyNm5ic3AlM0IlMjZuYnNwJTNCTm9haCUyMFIlMkMlMjBpbCUyMHklMjBhJTIwMSUyMGhldXJlJTIwJTI2bmJzcCUzQiUyNm5ic3AlM0IlMjZuYnNwJTNCJTI2bmJzcCUzQiUyNm5ic3AlM0IlMjZuYnNwJTNCJTI2bmJzcCUzQiUyNm5ic3AlM0IlMjZuYnNwJTNCJTI2bmJzcCUzQiUyNm5ic3AlM0JNYXJpZSUyQyUyMGlsJTIweSUyMDMlMjBoZXVyZXMlMjZuYnNwJTNCJTI2bmJzcCUzQiUyNm5ic3AlM0IlMjZuYnNwJTNCJTI2bmJzcCUzQiUyNm5ic3AlM0IlMjZuYnNwJTNCJTI2bmJzcCUzQiUyNm5ic3AlM0IlMjZuYnNwJTNCJTI2bmJzcCUzQkplYW5pbmUlMkMlMjBpbCUyMHklMjBhJTIwMyUyMGhldXJlcyUyNm5ic3AlM0IlMjZuYnNwJTNCJTI2bmJzcCUzQiUyNm5ic3AlM0IlMjZuYnNwJTNCJTI2bmJzcCUzQiUyNm5ic3AlM0IlMjZuYnNwJTNCJTI2bmJzcCUzQiUyNm5ic3AlM0IlMjZuYnNwJTNCTWljaGVsJTIwTCUyQyUyMGlsJTIweSUyMGElMjAzJTIwaGV1cmVzJTI2bmJzcCUzQiUyNm5ic3AlM0IlMjZuYnNwJTNCJTI2bmJzcCUzQiUyNm5ic3AlM0IlMjZuYnNwJTNCJTI2bmJzcCUzQiUyNm5ic3AlM0IlMjZuYnNwJTNCJTI2bmJzcCUzQiUyNm5ic3AlM0JKYWNxdWVzJTJDJTIwaWwlMjB5JTIwYSUyMDUlMjBoZXVyZXMlMjZuYnNwJTNCJTI2bmJzcCUzQiUyNm5ic3AlM0IlMjZuYnNwJTNCJTI2bmJzcCUzQiUyNm5ic3AlM0IlMjZuYnNwJTNCJTI2bmJzcCUzQiUyNm5ic3AlM0IlMjZuYnNwJTNCJTI2bmJzcCUzQkVsbyVDMyVBRnNlJTIwUCUyQyUyMGlsJTIweSUyMGElMjAxNiUyMGhldXJlcyUyMCUyNm5ic3AlM0IlMjZuYnNwJTNCJTI2bmJzcCUzQiUyNm5ic3AlM0IlMjZuYnNwJTNCJTI2bmJzcCUzQiUyNm5ic3AlM0IlMjZuYnNwJTNCJTI2bmJzcCUzQiUyNm5ic3AlM0IlMjZuYnNwJTNCRGFtaWVuJTIwQyUyQyUyMGlsJTIweSUyMDIzJTIwaGV1cmVzJTI2bmJzcCUzQiUyNm5ic3AlM0IlMjZuYnNwJTNCJTI2bmJzcCUzQiUyNm5ic3AlM0IlMjZuYnNwJTNCJTI2bmJzcCUzQiUyNm5ic3AlM0IlMjZuYnNwJTNCJTI2bmJzcCUzQiUyNm5ic3AlM0JNaWxhJTIwQiUyQyUyMGlsJTIweSUyMGElMjAlQzIlQTAyJTIwam91cnMlMjZuYnNwJTNCJTI2bmJzcCUzQiUyNm5ic3AlM0IlMjZuYnNwJTNCJTI2bmJzcCUzQiUyNm5ic3AlM0IlMjZuYnNwJTNCJTI2bmJzcCUzQiUyNm5ic3AlM0IlMjZuYnNwJTNCJTI2bmJzcCUzQkFubmUtU29waGllJTIwTyUyQyUyMGlsJTIweSUyMGElMjAyJTIwam91cnMlMjZuYnNwJTNCJTI2bmJzcCUzQiUyNm5ic3AlM0IlMjZuYnNwJTNCJTI2bmJzcCUzQiUyNm5ic3AlM0IlMjZuYnNwJTNCJTI2bmJzcCUzQiUyNm5ic3AlM0IlMjZuYnNwJTNCJTI2bmJzcCUzQldhbHRlciUyMFElMkMlMjBpbCUyMHklMjBhJTIwMyUyMGpvdXJzJTNDJTJGcCUzRSUzQyUyRnNwYW4lM0UlM0MlMkZtYXJxdWVlJTNF[/vc_raw_html][vc_empty_space height=”40px”][/vc_column_inner][/vc_row_inner][vc_empty_space height=”60px”][vc_empty_space height=”60px”][vc_empty_space height=”60px”][/vc_column][vc_column css_animation=”fadeInDown” width=”2/3″ css=”.vc_custom_1522230853309{padding-right: 40px !important;padding-left: 40px !important;}”][vc_empty_space height=”60px”][vc_column_text]

LA LETTRE OUVERTE AU GOUVERNEMENT

[/vc_column_text][vc_empty_space height=”60px”][vc_column_text]

Avril 2018

 

 

Monsieur le Président de la République,

 

 

Dans le monde, près d’une femme sur deux est victime de harcèlement sexuel au travail. Pourtant il n’existe aucune loi internationale pour punir ces violences.

 

 

Je vous demande d’agir pour protéger les travailleuses et les travailleurs du monde entier face aux violences au travail.

 

 

Je vous demande d’engager la France pour l’adoption d’une convention ambitieuse à l’Organisation internationale du travail pour « Mettre fin à la violence et au harcèlement contre les femmes et les hommes dans le monde du travail ».

 

 

Nous comptons sur vous !

[/vc_column_text][vc_empty_space height=”60px”][/vc_column][/vc_row][vc_row row_type=”parallax” text_align=”left” background_image=”32873″ full_screen_section_height=”no”][vc_column][vc_empty_space height=”50px”][custom_font font_family=”PT Sans” font_size=”24″ line_height=”26″ font_style=”normal” text_align=”left” font_weight=”300″ text_decoration=”none” text_shadow=”no”]

Elles racontent leur histoire

[/custom_font][vc_empty_space height=”60px”][vc_row_inner row_type=”row” type=”grid” use_row_as_full_screen_section_slide=”yes” text_align=”left” css_animation=”” css=”.vc_custom_1521544812779{margin-right: 10px !important;}”][vc_column_inner width=”1/3″ el_id=”fernanda_img”][qode_interactive_image title_tag=”h4″ image=”33047″ title=”Fernanda, Équateur” text=”« Il avait l’habitude de se faufiler dans notre chambre pour faire subir des attouchements à ma sœur. Puis ce fut à mon tour. ». Elle a pensé à se suicider avant de découvrir une association qui lui a sauvé la vie. > CLIQUEZ POUR VOIR LA VIDÉO CI-DESSOUS”][/vc_column_inner][vc_column_inner width=”1/3″ el_id=”arruny_img”][qode_interactive_image title_tag=”h4″ image=”33048″ title=”Arruny, Cambodge” text=”« Mes responsables ne comprennent pas le harcèlement.». Ils me disent « Ne le prends pas au sérieux, les hommes veulent juste rigoler avec toi ». > CLIQUEZ POUR VOIR LA VIDÉO CI-DESSOUS”][/vc_column_inner][vc_column_inner width=”1/3″ el_id=”amerique_img”][qode_interactive_image title_tag=”h4″ image=”33046″ title=”Elizabeth, Équateur” text=”« Il faut absolument parler. Si nous restons muettes, la situation n’évoluera pas, et les agressions ne cesseront jamais. Ça ne s’arrêtera jamais. » > CLIQUEZ POUR VOIR LA VIDÉO CI-DESSOUS”][/vc_column_inner][/vc_row_inner][vc_empty_space height=”60px”][vc_row_inner row_type=”row” type=”full_width” use_row_as_full_screen_section_slide=”no” text_align=”center” css_animation=”” el_id=”fernanda_row” el_class=”hidden”][vc_column_inner width=”2/3″][vc_video link=”https://youtu.be/ggcg6B3eNwU”][/vc_column_inner][vc_column_inner width=”1/3″][vc_column_text]

Fernanda ne dormait pas de la nuit. Elle et sa sœur étaient encore des enfants qu’elles étaient déjà victimes de leur employeur. Alors même qu’elles faisaient le ménage chez lui et qu’elles lui préparaient ses repas.

 

A chaque nouvel emploi, le nouvel employeur abusait d’elle. Les hommes abusaient sexuellement d’elles comme si c’était normal et que cela faisait partie du poste. 

 

Fernanda a songé à se suicider. Puis, elle a découvert une association qui agit pour les droits des travailleuses domestiques. Ça lui a sauvé la vie.

[/vc_column_text][/vc_column_inner][vc_column_inner][vc_empty_space height=”30px”][vc_column_text]

Inspirées par cette mission, Fernanda et 100 autres femmes et filles ont monté à leur tour une association de travailleuses domestiques.  « C’était très dur au début, tout le monde avait si peu d’estime de soi. ». Les employeurs considèrent les travailleurs domestiques comme des biens qu’ils possèdent, et non comme des individus qu’ils doivent respecter.

 

CARE les a accompagnées en formant les membres dans les domaines du plaidoyer, de la gestion financière et de l’organisation politique pour les aider à faire entendre leur voix collective.

 

« Nous avons accompli beaucoup de choses », dit-elle. L’association est maintenant active dans tout l’Équateur. L’Équateur est l’un des premiers pays à établir des lois pour protéger les travailleurs domestiques. Mais il n’existe aucune protection contre les violences sexuelles.

 

« Les femmes ont besoin d’unir leurs forces pour changer les choses. Chacune seule de son côté, nous n’y arriverons pas. Mais ensemble, nous avons du pouvoir » termine Fernanda.

[/vc_column_text][/vc_column_inner][/vc_row_inner][vc_row_inner row_type=”row” type=”full_width” use_row_as_full_screen_section_slide=”no” text_align=”center” css_animation=”” el_id=”arruny_row” el_class=”hidden”][vc_column_inner width=”2/3″][vc_video link=”https://youtu.be/nG6UjIbfDWI”][/vc_column_inner][vc_column_inner width=”1/3″][vc_column_text]

Arruny a quitté l’école à 12 ans pour travailler. Elle est maintenant mère et travaille dans une usine de textile au Cambodge. Comme des millions de femmes en Asie, elle a choisi ce travail pour avoir un revenu régulier.

 

Les journées sont longues et le travail est épuisant. Le harcèlement sexuel est son quotidien.

 

Au travail, les hommes lui disent des choses comme « Matte là avec la peau claire. Tu es vraiment excitante » . Quand elle en parle aux responsables de l’usine, ils lui disent que ses collègues sont juste gentils : « Ne le prends pas sérieux, ils rigolent avec toi. ». Ils ne comprennent pas ce qu’est le harcèlement sexuel.

[/vc_column_text][/vc_column_inner][/vc_row_inner][vc_row_inner row_type=”row” type=”full_width” use_row_as_full_screen_section_slide=”no” text_align=”center” css_animation=”” el_id=”amerique_row” el_class=”hidden”][vc_column_inner width=”2/3″][vc_video link=”https://youtu.be/SLYHllvLE-0″][/vc_column_inner][vc_column_inner width=”1/3″][vc_column_text]

Elizabeth fait partie des 18 millions de femmes qui travaillent comme domestiques ou nourrices en Amérique Latine. Parmi elles, 8 sur 10 subissent des violences physiques ou sexuelles sur leur lieu de travail, qui est souvent également l’endroit où elles vivent.

 

Elizabeth a quitté le foyer de sa grand-mère à 14 ans pour travailler. Maison après maison, famille après famille, les agressions sexuelles la poursuivaient comme son ombre.

 

Dans une maison, le mari profitait de l’absence de sa femme pour s’introduire dans la chambre d’Elizabeth et la forcer à avoir des rapports sexuels avec lui. Dans un autre foyer le mari est tombé amoureux d’elle. Elle n’avait que 16 ans. Il en avait 50. « Il contrôlait tous les appels que je recevais. Il ne voulait pas que je rendre visite à ma grand-mère. »

[/vc_column_text][/vc_column_inner][vc_column_inner][vc_empty_space height=”30px”][vc_column_text]

« Il faut absolument parler, » explique-t-elle. « Si nous restons muettes, la situation n’évoluera pas, et les agressions ne cesseront jamais. »

[/vc_column_text][/vc_column_inner][/vc_row_inner][vc_empty_space height=”30px”][vc_row_inner row_type=”row” type=”full_width” use_row_as_full_screen_section_slide=”no” text_align=”center” css_animation=””][vc_column_inner][qbutton size=”big_large” target=”_self” font_weight=”” text=”JE DONNE POUR LES FEMMES” link=”https://donner.carefrance.org/b?cid=153″ font_size=”18″ background_color=”#aa1b4f”][/vc_column_inner][/vc_row_inner][vc_empty_space height=”100px”][/vc_column][/vc_row]

Share This